Les Trompettes

Les Trompettes

« Y’a qu’Dieu qui peut me juger… »

Alors que ça tombe sous le sens que la plupart des chrétiens ont au moins un verset favori dans l’Écriture, c’est quelque peu surprenant d’apprendre que la plupart des non-chrétiens en ont un aussi. Les non-chrétiens ne connaissent peut-être que peu la Bible, mais aussi certain que la nuit succède au jour, ils pourront vous citer Matthieu 7.1: « Ne jugez pas, afin de ne pas être jugés. »1 Et, l’ironie de la chose, c’est que ce verset – qu’ils aiment le plus –  c’est celui qu’ils comprennent le moins.

Un texte maltraité

Jamais un passage de l’Écriture n’a été jusqu’à ce point malmené, mal compris et mal utilisé que celui-ci. Les non-chrétiens (et bien des croyants dans l’erreur aussi) font usage de ce texte pour dénoncer tous ceux qui se risquent à critiquer ou à dévoiler les péchés, défauts ou aberrations doctrinales des autres. On n’ose parler de maladie pour l’homosexualité, d’adultère, de commérages, de triche dans le calcul de l’impôt sur le revenu, de fornication, d’avortement, de religions non-chrétiennes, et ainsi de suite, sans encourir la colère de multitudes convaincues que Jésus, qu’elles méprisent et rejettent, a dit qu’on ne devrait pas se juger les uns les autres !

Ce problème est dû en grande partie au fait que les gens détestent les absolus, spécialement ceux d’ordre moral. Suggérer qu’il y a réellement une différence absolue entre le bien et le mal, la vérité et la fausseté, c’est risquer de se faire coller une étiquette de médiéval et de borné. En bref, pour beaucoup (si ce n’est pas la majorité) des étudiants aujourd’hui, «Il n’y a pas d’ennemi si ce n’est l’homme qui n’est pas ouvert à tout.»

L’ironie, bien sûr, c’est qu’en nous jugeant parce que nous jugeons les autres, ils violent eux-mêmes le grand commandement qu’ils voudraient nous voir respecter ! Insister qu’on ne peut dénoncer les croyances ou des pratiques morales est en soi une position éthique, une position morale.  Prendre le parti de la tolérance à tout prix, sur tous les points de vue, c’est faire preuve d’une intolérance extrême vis-à-vis de ceux qui embrassent une perspective différente.

Ce que Jésus ne voulait pas dire

Le fait que Jésus ne nous interdit pas d’exprimer notre opinion sur le juste et l’injuste, le bon et le mauvais, le vrai et le faux, peut être démontré en relevant deux éléments : le contexte immédiat et le reste de l’enseignement du Nouveau Testament au sujet du jugement.

Pratiquement tout le Sermon sur la Montagne, à la fois ce qui précède et ce qui suit ce texte, est fondé sur la supposition que nous allons (et nous le devons) utiliser notre esprit critique pour émettre des jugements éthiques et logiques. Jésus a dit aux chrétiens d’être différents du monde qui les entoure, de rechercher une vertu qui dépasse celle des Pharisiens, de faire « plus » que ce que les non-croyants pourraient faire, d’éviter d’être comme les hypocrites quand nous donnons, prions, jeûnons et ainsi de suite.

Ça ne se limite pas à cela, mais immédiatement après ce mot d’exhortation en Matthieu 7.1, Jésus délivre deux commandements supplémentaires : ne donnez pas ce qui est saint aux chiens et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, et gardez-vous des faux prophètes. « Ce serait impossible d’obéir à l’un de ces commandements sans utiliser notre jugement critique » dit Stott. « Déterminer notre comportement à l’égard des « chiens », « pourceaux » et « faux prophètes » suppose que nous devons d’abord être capable de les reconnaître, et pour faire cela nous devons exercer un certain discernement critique. »

Concentrez votre attention sur des textes tels que Matthieu 18.15-17 ; Romains 16.17-18 ; 1 Corinthiens 5.3 ; Galates 1.8 ; Philippiens 3.2 ; Tite 3.10-11 ; 1 Jean 4.1-4 ; 2 Jean 1.9-11 ; 3 Jean 1.9-11 ; et spécialement Jean 7.24, où Jésus lui-même dit, « Ne jugez pas selon l’apparence, mais jugez selon un juste jugement,» (c’est moi qui souligne).

Ce que Jésus voulait dire

Qu’est-ce que Jésus voulait dire, alors, en Matthieu 7.1-6?

Il semblerait que Jésus interdise ce type de jugement qui est pharisaïque, hypercritique et destructeur. Il interdit cette sorte de jugement qu’on émet sur les autres sans le moindre souci pour leur santé spirituelle et leur bien, mais uniquement pour faire étalage de notre présumée droiture devant les hommes.

Jésus interdit non pas les reproches empreints d’amour et les critiques constructives, mais plutôt les critiques qui servent nos propres intérêts.

Pour résumer, «Le commandement de ne pas juger n’est pas un appel à être aveugle, mais plutôt un appel à être généreux. Jésus ne nous dit pas de cesser d’être des hommes (en suspendant notre esprit critique qui participe de ce qui nous distingue des animaux) mais de renoncer à l’ambition présomptueuse d’être Dieu (en nous établissant nous-mêmes comme juges).»

Mais attendez, c’est plus que cela

Nous ne devons cependant pas nous arrêter à Mt 7.1 car Jésus a beaucoup plus à dire à ce sujet dans les versets qui suivent.

La raison qu’il donne pour que nous ne jugions pas les autres d’une manière hypocrite, moralisatrice et méchante c’est que « C’est du jugement dont vous jugez qu’on vous jugera, de la mesure dont vous mesurez qu’on vous mesurera» (Mt 7.2). Le problème ici est de déterminer si cela fait référence au jugement que nous expérimentons des mains des hommes ou de Dieu.

Quand nous établissons une norme à laquelle les autres doivent se conformer, nous n’y sommes pas moins soumis. C’est pourquoi qu’humilité et amour doivent gouverner nos jugements. Toute critique doit être précédée d’une confession. Avant de faire remarquer une faute chez les autres, confessons d’abord sa présence dans nos propres vies.

Qu’y a-t-il dans ton œil ?

Ce principe est illustré en Matthieu 7.3-5: « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et ne remarques-tu pas la poutre qui est dans ton œil? Ou comment dis-tu à ton frère: Laisse-moi ôter la paille de ton œil, alors que dans ton œil il y a une poutre? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors, tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère.

Ce principe s’applique à un nombre incalculable de situations, pensons au fait de dénoncer les péchés extérieurs, visibles, de la chair, tels que l’adultère, le vol, le meurtre, afin d’excuser ou de minimiser ceux qui sont à l’intérieur, les péchés moins visibles du cœur, tels que la jalousie, l’amertume, l’avidité ou la luxure. À cela se rapporte la tendance à mettre en évidence les fautes des autres pour précisément masquer les nôtres. Cette forme de jugement n’est rien d’autre que de l’auto-justification.

Il existe aussi un danger opposé et équivalent. En Matthieu 7.6, Jésus dit, « Ne donnez pas ce qui est saint aux chiens et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu’ils ne les foulent aux pieds et ne se retournent pour vous déchirer. » Ici, Jésus fait remarquer le danger d’être trop indulgent et de manquer de discernement. En aimant nos ennemis, en faisant le mille supplémentaire, et en ne jugeant pas injustement, le péril nous guette  de devenir mous et de manquer de faire les distinctions essentielles entre le juste et l’injuste, la vérité et la fausseté. Bien que les saints n’aient pas à être des juges, ils n’ont pas non plus à être des simplets !

Jésus n’est pas en train de dire que nous devrions taire l’Évangile à certaines personnes que nous considérerions comme n’en étant pas dignes. Mais il est réaliste et reconnaît qu’après que l’Évangile ait été l’objet de multiples rejets et moqueries, il se peut que se soit le temps de poursuivre sa route. Il y a ceux qui sont obstinément méchants et endurcis, qui ne prennent pas plaisir dans la vérité de l’Écriture mais uniquement en la raillant.

L’Évangile par-dessus tout et en contexte

Donc, pour conclure, plusieurs remarques doivent être faites.

Premièrement, c’est important de noter que Jésus parle de « perles » et non de « gravillons. » Nous ne devons jamais oublier le trésor inestimable et la valeur incalculable et la gloire du message de l’Évangile.

Deuxièmement, nous allons avoir à témoigner à différentes sortes de personnes, et nous devons apprendre à faire une distinction parmi elles (voir Actes 17.32-34).

Troisièmement, nous n’avons pas besoin d’exposer l’Évangile de Jésus avec la même insistance à tous moments, d’une façon irréfléchie et mécanique. Certains sont déjà accablés par leur péché et leur culpabilité et la condamnation du Saint-Esprit ; ceux-là ont besoin d’entendre parler de l’amour de Dieu manifesté en Christ. D’autres ont besoin d’entendre parler de la sainteté et de la colère de Dieu. D’autres ont besoin d’accepter la dépravation de leur cœur, alors que d’autres encore ont besoin de se retrouver face à la compassion divine et le pardon. Rappelez-vous que cette instruction est donnée dans le contexte de l’amour de nos ennemis. Alors que nous n’avons pas à jeter nos perles aux cochons, nous n’avons pas non plus à être désagréables, méchants et insensibles.

Enfin, Matthieu 7.6 n’a probablement pas besoin d’être enseigné dans certaines assemblées ou à certains chrétiens. Leur problème n’est pas d’avoir tendance à manquer de discernement et de souvent jeter leurs perles aux cochons. Leur problème est de ne pas jeter leurs perles du tout ! Ce verset est adressé à ceux qui  sont si zélés dans l’évangélisation qu’ils manquent de discerner le moqueur de l’âme assoiffée. Très probablement, notre problème est que nous ne montrons pas un tel empressement à évangéliser en premier lieu.

Ce billet est un passage abrégé de Tough Topics: Biblical Answers to 25 Challenging Questions, de Sam Storms, Crossway, 2013. Dans ce livre, M. Storms répond à quelques deux douzaines de questions les plus épineuses par lesquelles les chrétiens sont souvent embarrassés ou qu’ils peuvent craindre de poser les premiers.

 



26/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres